Posté par Pierre Brian Imart le 2016-07-08 dans

Comment nourrir les 9 Milliards de demain?

D’ici 2050, il est prédit que nous serons plus de 9 Milliards bouches à nourrir, soit presque 2 Milliards de plus qu’aujourd’hui (7,43 Milliards). Mais comment gérer une telle demande sans ruiner notre planète?

agriculture intensive, fertilizers, intensive agriculture, fertilisants, abondance, technology, abundance, technologie, machine,Lorsqu’il s’agit de produire notre propre nourriture, nous avons généralement préféré rasé nos forêts et contaminé nos terres et rivières avec des fertilisants chimiques durant des milliers d’années. Uniquement au niveau du pâturage, une superficie représentant la taille de l’Afrique illustrerait ce que l’on a consommé pour faire place au bétail. Cette déforestation représente malheureusement la perte d’écosystèmes à parts enitères, une contamination des sols et des eaux et une pollution atmosphérique toujours en croissance aujourd’hui. De plus, nos innombrables cultures ne servent même pas à nourrir les 800 millions de personnes qui souffrent de faim dans le monde.

S’il faut arrêter de polluer de nouvelles terres, comment produire assez pour nourrir 9 milliards de personnes?

Pas besoin de produire plus. La technologie et le progrès agricole (particulièrement au cours de la révolution verte) laisserait potentiellement assez de nourriture pour nourrir chaque individu sur notre planète. Malheureusement, il y a une mauvaise distribution des denrées et donc de la nourriture, qui se trouve à être gaspillée tous les jours. Une des solutions les plus réfléchies aujourd’hui serait de réduire le gaspillage alimentaire et mieux utiliser les terres que nous avons déjà.

Au delà des multiples dégâts environnementaux qu’elle a faite, la révolution verte a donné un gros coup de pouce aux systèmes de production fermiers. Nous avons maintenant accès à des systèmes agricoles de haute technologie et de haute précision qui nous permettraient de réduire l’écart de rendement et donc de produire plus sans polluer plus.

production, food, agriculture, eatizz, application, consumerism, organic, montreal, Comme les Fermes Lufa le font à Montréal, il est aussi possible de non pas produire biologiquement sur les toits de nos villes. Faire pousser des cultures dans la ville est bénéfique pour éliminer du transport mais aussi pour mieux faire pousser les cultures car c’est là qu’il y a de fortes concentrations en CO2 dans l’air (voir la photosynthèse).

Un changement de régime pour tout le monde !

Il serait beaucoup plus simple de nourrir 9 milliards de vegan, agriculture intensive, vaches, pollution, eatizz, réduction gaspillage, air, pollution, healthy, contaminationpersonnes d’ici 2050 si ce que nous produisions finissait dans nos estomacs! Aujourd’hui, seulement 55% de la nourriture issue de nos cultures finit dans nos assiettes alors que 36% est destinée au bétail. Les 9% restants sont transformés en biocarburants et produits industriels. Enfin, bien que beaucoup d’entre nous consomment de la viande et des produits issus de nos élevages, seule une fraction de ces calories se retrouve dans nos repas.

Combinées ensemble, ces solutions pourraient doubler les approvisionnements nutritionnels mondiaux et réduire l’empreinte écologique dans le monde entier. Ces solutions requièrent cependant un grand changement de pensée dans le monde entier. Nous devons nous détacher des idéologies passées afin de trouver un équilibre entre une plus forte production et une production durable (préserver l’environnement pour les générations futures.

Pour nous suivre sur Facebook: https://www.facebook.com/eatizz/

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkedin
Share On Pinterest