vache, vegan, bon pour la santé, manger sain, pas de viande dans le futur
Posté par Pierre Brian Imart le 2017-01-16 dans

Alimentation Vegan: Quelles répercussions sur la santé et l’environnement?

Le régime végan attire de plus en plus l’attention ces jours-ci et il est important de comprendre ce qu’il est et ce qu’il implique. Selon Jean-Pierre Kiekens, expert en politiques alimentaires, ancien chargé de cours universitaires et fondateur du Café Nutrimania à Montréal, il s’agit d’un régime alimentaire basé uniquement sur les plantes, qui peut être excellent tant pour la santé que pour l’environnement. Voici l’interview d’Eatizz avec lui.

Quels sont les dangers de la mauvaise alimentation?

Ce que nous mangeons a des répercussions énormes sur notre santé, et c’est quelque chose qui est encore très négligé. Nous savons maintenant que la majorité des maladies et des causes decafe, sucre, obesité, trop de sucre, eatizz, diabete, risque cardiaque, cancer, cardiovasculaire décès prématurés, telles que le diabète de type 2, les crises cardiaques, les accidents cérébro-vasculaires et de nombreux cancers, sont liées aux mauvaises habitudes alimentaires et de vie. De nos jours, ce sont les principales causes de maladies et de décès prématurés dans des pays comme le Canada et les États-Unis.

La prévalence de ces maladies a augmenté au cours des 30 dernières années et a des effets désastreux en termes de mortalité, de mauvais vieillissement et en termes économiques, car ces maladies sont extrêmement coûteuses en termes de dépenses de soins de santé et de finances publiques. La bonne nouvelle est que beaucoup de ces maladies peuvent être efficacement prévenues par des saines habitudes alimentaires et de vie. On estime que 80% des maladies dites chroniques, y compris les maladies cardiaques et le diabète de type 2, peuvent ainsi être prévenues. C’est énorme.

Comment se fait-il qu’il y ait un problème d’obésité en Amérique du Nord?

L’obésité est directement liée aux habitudes alimentaires et de vie d’aujourd’hui. Il y a trop de restauration rapide, de produits laitiers, de viandes, d’aliments hautement transformés, de sucres ajoutés, de sel en excès, d’huiles malsaines, d’additifs, et trop peu d’aliments sains comme les légumes et les légumineuses. Aux États-Unis, des données très récentes indiquent une baisse de l’espérance de vie en raison de la prévalence élevée de ces maladies.

C’est absurde! L’un des pays les plus riches au monde voit son espérance de vie diminuer!

Mais c’est la nouvelle réalité à laquelle nous sommes confrontés, et le Canada suivra probablement cette tendance malheureuse si rien ne change.

Y a t-il des régions qui peuvent servir d’exemple pour une alimentation plus saine?

Il y a des régions dans le monde connues food, healthy, good for you, blue zones, old man, happy, longevity, espérance de vie, longévité, longue vie, santé, végan, sans viande, végétaliensous le nom de Zones bleues, comme la péninsule d’Okinawa au Japon, l’ïle d’Ikaria en Grèce, et la communauté de Loma Linda en Californie, où les gens ont une espérance de vie beaucoup plus longue que dans le reste du monde. L’étude de ces zones est très intéressante car elle met en évidence les principaux facteurs contribuant à la rareté des maladies et à l’allongement de la durée de vie. Une caractéristique commune de ces régions est d’adopter un régime habituellement basé sur les aliments non transformés ou très peu transformés, qui sont principalement à base de plantes. C’est, selon de nombreuses études, une clé pour prévenir les maladies et optimiser notre santé. Dans ces Zones bleues, les habitudes alimentaires sont à base de plantes, mais contiennent tout de même des produits d’origine animale. Ces produits représentent un part très limitée dans l’apport alimentaire quotidien. 

être en bonne santé mais aussi réaliser d’excellentes performances sportives tout en adoptant une alimentation végan.

Comment nos choix alimentaires influent-ils sur l’environnement?

Les impacts des aliments sur l’environnement sont considérables, mais ils sont généralement négligés, même si une certaine attention est portée à des aspects tels que l’emballage écologique. Ce dont nous parlons rarement, c’est des impacts que les aliments eux-mêmes ont sur l’environnement. Ces impacts sont considérables, compte tenu en particulier de la croissance de la population mondiale, estimée déjà à quelques 7,4 milliards de personnes.

plante, agriculture, bonne bouffe, santé, manger santé, agriculture durable, les bons produits, alimentation
Il faut entre 3 et 10 calories de nourriture végétale pour produire une calorie animale. Il faut une dizaine de calories végétales pour produire une calorie de boeuf. C’est extrêmement inefficace. De vastes surfaces agricoles, d’énormes quantités d’eau, d’engrais, d’énergie, sont nécessaires pour produire des aliments pour le bétail, comme le soja et le maïs, qui sont maintenant en vaste majorité génétiquement modifiés et cultivés avec des herbicides toxiques tels que le glyphosate de Monsanto. Le boeuf biologique produit à partir de pâturages naturels n’est pas non plus une solution, car il nécessite d’énormes surfaces de terres et génère beaucoup de gaz à effet de serre.

« Les produits d’origine animale, même biologiques, sont de loin les aliments qui affectent l’environnement le plus négativement. »

À mon avis, l’agriculture devrait se concentrer sur la production d’aliments nutritifs à base de plantes directement destinés à la consommation humaine. Un exemple de tels aliments est les légumineuses, telles que les haricots, les lentilles et les pois chiches, qui fournissent d’excellentes protéines et des fibres pour une alimentation saine, et bénéficient également au sol grâce à leur capacité à fixer l’azote atmosphérique. Ce sont parmi les plantes qui nécessitent le moins de ressources pour être cultivées.

Alors comment faire pour amener plus de plantes dans nos repas ?

Intégrer plus de plantes dans son alimentation healthy, in shape, manger santé, bonne bouffe, petit déjeuner, miam, pas de lait, lactose-intolérantest plus facile que vous le pensez. Par exemple, pour le petit déjeuner, au lieu de manger des œufs et du bacon, vous pouvez avoir des gruaux d’avoine avec des noix et des fruits, ou vous préparer un smoothie vert, avec des ingrédients tels que l’épinard, le chou frisé ou encore l’avocat. Pour les autres repas, vous pouvez simplement faire des versions végans de plats populaires tels que les burgers, sandwiches, pizzas, pâtes, etc. Il y a de nombreuses recettes disponibles dans les livres de cuisine végans et sur les blogs. Ce qui est un peu plus difficile, c’est de trouver des repas à base de plantes dans les restaurants, qui se concentrent généralement sur les protéines animales, les produits laitiers et les oeufs. L’expérience du Café Nutrimania, ainsi que celle d’autres restaurants végans, prouve qu’il est possible d’offrir de délicieux repas végans étant non seulement sains mais ayant aussi un impact minimal sur notre environnement. À mon avis, c’est la direction dans laquelle toutes les industries agro-alimentaires devraient s’orienter.

manger santé, miam, bouffe, matin, petit dej, lactose, intolérance, bon pour la santé
Pour plus d’informations sur Eatizz: visitez facebook.com/eatizz/
Pour en savoir plus sur le Café Nutrimania: visitez nutri-mania.com/
Pour plus d’articles et vidéos sur les travaux de Jean-Pierre Kiekens, visitez: www.thefoodofthefuture.com ou suivez le sur Twitter: @rethinking_food

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkedin
Share On Pinterest