vegan, canadians, montreal, hockey, vegan food, la bouffe vegan, végétalien, être végétalien, quoi manger
Posté par Pierre Brian Imart le 2016-12-01 dans

« Etre végétalien, le meilleur geste que tu peux faire pour l’environnement »

Devenir végétarien et végétalien est souvent dû à deux raisons. Celles-ci sont intrinsèquement liées aux impacts de l’importante consommation de viande dans le monde sur les droits des animaux mais aussi sur l’environnement. Le végétalisme, ou véganisme, est un régime alimentaire qui consiste à exclure tout aliment d’origine animale. Beaucoup de végétaliens refusent aussi de consommer ou acheter tout produit d’origine animale afin d’éviter de contribuer à ces industries là. Eatizz a rencontré Georges Laraque pour en savoir plus sur sa vision des problèmes environnementaux actuels et comment ceux-ci sont liés à la consommation de viande.

Georges Laraque, tu es athlète et végétalien, qu’est-ce que tu dis à ceux qui pensent avoir besoin de viande pour être en bonne santé et performant?

Au début je pensais ça aussi, mais j’ai été voir un nutritionniste pour savoir comment remplacer les super-protéines dont on parle toujours. J’ai appris qu’une protéine complète était une combinaison d’acides-aminés. Les protéines dans la viande peuvent facilement se faire remplacer par des noix, du quinoa, des légumes verts, des fruits, des légumineuses… Aujourd’hui c’est pas mal plus les gens qui mangent de la viande qui s’inquiètent de l’apport de protéines de végétaliens que les végétaliens eux-mêmes.

Dans ta transition vers le végétalisme, qu’est-ce qui t’as aidé à te faire prendre conscience de ton impact sur l’environnement?

végétalien eatizz laraque Personnellement, c’est le film Terriens (Earthlings en anglais), narré par Joachim Phoenix. J’ai rencontré le producteur, qui m’a par la suite fait faire la narration française. Quand tu vois ce film là, tu vois comment les animaux souffrent mais tu vois aussi à quel point c’est mauvais pour la santé et l’environnement. C’est vraiment pour ces 3 aspects là que je suis devenu végétalien. Même si quelqu’un conduit une hybride et recycle, un végétalien agit plus pour l’environnement. Une fois que tu sais ces choses là et ce qui se passe avec la planète, c’est agréable de voir que simplement avec la nourriture on contribue grandement à l’environnement.

Quand t’étudies là-dedans, t’apprends qu’être végétalien est le geste le plus grandiose que tu peux faire pour l’environnement.

Sur ton site, tu parles d’un rapport fait par les Nations Unies qui dit que l’agriculture industrielle est le secteur économique qui contribue le plus aux changements climatiques. Qu’est-ce qui affecte l’environnement le plus négativement selon toi?

C’est les vaches. Je sais que l’excrément des vaches est pire que toute l’existence des voitures et des avions dans le monde. C’est fou quand on pense à ça. Non seulement on parle des énormes quantités de gaz évaporées des excréments des vaches, mais on parle aussi des grains. L’importante quantité de nourriture et d’eau que les vaches ont besoin de manger, pour ensuite servir quelques repas. Cela prend 15 livres de grains pour une livre de viande. Si, au lieu de nourrir les animaux avec ces grains là, on pouvait nourrir la planète entière avec, il n’y aurait plus de famine.

Beaucoup de documentaires tels qu’Earthlings, Cowspiracy et maintenant Before the flood soulèvent des problèmes des droits des animaux mais aussi de problèmes environnementaux croissants. Comment ces films peuvent-ils faire une différence d’après toi?

« On a besoin d’un challenge, d’un choc pour réagir »

Pour moi, il est important de montrer les films qui sont difficiles à regarder. On vit dans une société au Québec où les gens ont besoin de voir des images choquantes pour prendre des décisions. Si tu fais un petit documentaire doux, que tu flattes des agneaux, que tu dis “ah les beaux petits agneaux, faut pas les manger”, ça ne va pas interpeler les gens. Mais comme moi, quand j’ai vu Earthlings puis j’ai pleuré pendant 1 heure de temps, ça a changé ma vie.

aider les autres, communauté, vegan, montreal, laraque, vie saine
Comment aimerais-tu influencer les autres à prendre action et changer les choses?

Je donne beaucoup de conférences sur le végétalisme à travers le monde, la dernière était cette fin de semaine au festival végane de Montréal. J’aime beaucoup en parler parce que normalement les gens qui parlent de végétalisme pèsent 100 livres mouillés et font du yoga. Moi je pèse 300 livres, quand je parle de végétalisme, les gens sont curieux, ils se disent: “Lui, un gros noir de même, végétalien, il jouait au hockey, comment il fait?”, ça attire beaucoup la curiosité.

C’est beaucoup grâce aux conférences que j’influence les gens. Les gens me souvent « comment faire? qu’est-ce que je fais pour le sport?… ». Alors le fait que je prenne mon temps de répondre tous les jours à ces questions, c’est ma contribution pour vraiment éclairer les gens sur le sujet et ne pas avoir peur d’adopter ce style de vie alimentaire et ce style de vie tout court.

Dans la vie de tous les jours, quelles sont les actions que tu mène, hormis le végétalisme, qui réduisent ton empreinte environnementale?

Il y a beaucoup de choses qui entrent en compte avec le fait que je suis végétalien, non seulement je ne mange pas de viande mais ça implique tout ce que j’achète, tout ce qui provient d’un produit animal, quoi que ce soit, le linge etc… Pour la voiture, je conduis une hybride, moitié électrique, moitié gaz, qui me permet de réduire mon empreinte sur la planète, ou du moins de ne pas l’augmenter. Quelqu’un qui est végétalien et qui conduirait un hummer, est mieux pour l’environnement que quelqu’un qui mange de la viande et qui a une voiture 100% électrique. C’est ça qui est fou. Bien évidemment, personne qui est végétalien conduirait un hummer, c’est sûr que non.

Est-ce que tu fais attention chez toi, au niveau de ta façon de manger, dans tes habitudes pour moins gaspiller?

veggies eatizz vegan best food for you, what to eat, cook, faire à manger, bonne bouffe, légumes, santé, miamC’est vrai que depuis que je suis végétalien, je mange moins. Quand tu manges des gros steaks, et dans le temps j’en mangeais beaucoup, il y a beaucoup d’excès, de gaspillage. Mais aujourd’hui, quand je mange des grains, des fruits, des légumes, tout ça se conserve beaucoup plus longtemps que la viande. C’est super facile, tu peux amener ça dans ta voiture, en collation, c’est facile à conserver.

Tu peux jamais gaspiller des fruits et des légumes, quand c’est ce que tu manges tous les jours.

Quand je mangeais de la viande, mes fruits et légumes étaient passés date parce que j’en mangeais pas assez, je mangeais plutôt de la viande ou des patates, quoi que ce soit. La diète du québécois moyen c’est steak-blé d’Inde-patates- paté chinois, c’est comme ça tous les jours. Mais quand t’es végétalien, tu manges une telle variété de nourriture qu’il y a pas mal moins de gaspillage dans ce temps là.

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkedin
Share On Pinterest